Mémoriser/Perspectives

Un article de Wiki URFIST.

[modifier] La mémorisation comme expression

Du bookmarking au lifestreaming

Dis moi ce que tu mémorises, je te dirai :

  • ce que tu fais
  • ce que tu lis
  • ce que vas écrire
  • ... ce que tu es

Qu'il s'agisse de mémoriser dans un cadre professionnel ou personnel, cette activité n'est pas neutre elle nous renseigne et nombre d'intelligences sont possibles. A contrario c'est aussi un moyen d'expression furtif pour qui n'a pas l'énergie, le temps, le souhait d'écrire des billets plus ou moins longs sur un blog. L'apparition et le développement des tiny-blog (ex tumblr, ...) souligne ce fait

[modifier] La mémorisation comme évaluation

Du bookmarking aux Nmétrie en passant par le usercentric

En mémorisant des références chaque utilisateur indique ses centres d'intérêts et vote en quelque sorte pour un site, une page, un document. A différentes échelles ces informations peuvent être utilisées pour évaluer la popularité d'une source :

  • par les moteurs de recherche (usercentric)
  • par des instances d'évaluation (Nmetrie)

Bien entendu tout n'est pas (encore ?) en ligne, public et partagé, mais la centralité inhérente de ce qui est fortement partagé a très souvent servi de mode d'évaluation.

[modifier] La mémorisation et la bibliothèque numérique

Du bookmarking aux stockages partagés ref+doc

Non l'avons vu avec des plateformes comme CiteULike ou à travers les développements de Zotero. La mémorisation de références s'accompagne de plus en plus souvent de la possibilité d'adjoindre le document primaire (origine de la référence). En projetant massivement ce modèle sur des communautés de lecteurs on peut imaginer la construction "bottom-up" de bibliothèques numériques spécialisées (spécifiques du moins). Seule la question des droits de diffusion/publication des documents vient contrarier ce rêve de bibliothèque universelle. Ce type de processus n'est pas sans rappeler les projets d'archives ouvertes, tels qu'ils peuvent être construits au sein de nos institutions. Ici pas de problème juridique les référenceurs/déposants possèdent les droits de diffusion de leur document primaire.