C2i niveau 2, "métiers du droit" - D6/réseaux

Un article de Wiki URFIST.

(Différences entre les versions)
Version du 22 septembre 2009 à 18:42 (modifier)
Gallezot (Discuter | Contributions)
(Quelles techniques ?)
← Différence précédente
Version du 22 septembre 2009 à 18:45 (modifier) (défaire)
Gallezot (Discuter | Contributions)
(Liées à l'histoire des réseaux et de l'informatique : exemple de RFC)
Différence suivante →
Ligne 35 : Ligne 35 :
==== Liées à l'histoire des réseaux et de l'informatique : exemple de RFC ==== ==== Liées à l'histoire des réseaux et de l'informatique : exemple de RFC ====
Ont peut considérer que les premiers réseaux d'échanges en ligne ont finalement commencer avec les prémices d'Internet : les RFC (Request for Comments). Les RFC soulignent la capacité de travailler en réseau, à distance sur un même contenu. L’aspect communautaire (l’ensemble des experts) et interactif (succession de commentaires sur un contenu) préfigure ce que nous dénommons aujourd’hui le web 2.0.<ref>La première RFC http://tools.ietf.org/html/rfc1, et pour l’histoire des RFC http://tools.ietf.org/html/rfc2555 .</ref> Ont peut considérer que les premiers réseaux d'échanges en ligne ont finalement commencer avec les prémices d'Internet : les RFC (Request for Comments). Les RFC soulignent la capacité de travailler en réseau, à distance sur un même contenu. L’aspect communautaire (l’ensemble des experts) et interactif (succession de commentaires sur un contenu) préfigure ce que nous dénommons aujourd’hui le web 2.0.<ref>La première RFC http://tools.ietf.org/html/rfc1, et pour l’histoire des RFC http://tools.ietf.org/html/rfc2555 .</ref>
 +Des mails, aux forums , en passant par les listes de discussion, jusqu'au Wiki, ... le spectre des RFC plane encore.
==== Liées à l'histoire du web : les liens, l'exposition du contenu, le web de données ==== ==== Liées à l'histoire du web : les liens, l'exposition du contenu, le web de données ====

Version du 22 septembre 2009 à 18:45

Rédacteur: Gabriel Gallezot


Sommaire

Introduction

A l'instar de tous les réseaux sociaux, les réseaux d'échanges médiatisés (ou médiés) par l'informatique portent la marque des individus qui les composent. Notre propos s'inscrira dans un contexte professionnel ou spécialisé en Droit. Aussi même si les outils, méthodes et concepts utilisés qui étayent ces réseaux peuvent être généralistes, les exemples et applications seront choisis dans le domaine du Droit.

Qu'entendre par réseaux d'échanges ?

Les réseaux d'échanges médiatisés par l'informatique sont définis comme des dispositifs socio-techniques permettant l'échange d'information. Dit autrement, c'est un maillage d'individus et de techniques permettant d'échanger de l'information. Les réseaux d'échanges s'identifient ou se créent en amont d'une activité de veille. Ils viennent compléter les autres activités de veille informationnelle.

Les termes réseaux "réels" et "virtuels" sont souvent employés pour distinguer les réseaux dont les échanges se font en présentiel (rééls) ou à l'aide de TIC (virtuels). Les termes "réel" et "vituel" sont inappropriés. Les réseaux médiatisés ou non par les TIC sont bien réels. L'extension de réseaux "présentiel" par les TIC est plus que fréquente, il n'y donc pas lieu de les dissociés. Au contraire c'est bien de leurs imbrications qu'il faut jouer.

Quels Réseaux ?

Communautés constituées (miroir du non-médiatisé ?)

La question des réseaux d'échanges interroge la notion de groupe. Quel groupe rejoindre, quel groupe constituer ? Les réseaux d'échanges médiatisés par l'informatique ne sont par nécessairement le miroir des groupes et communautés constitués hors des réseaux informatiques. Il sont même parfois qualifiés de réseaux "adhocratiques", constitués par le besoin ou plutôt "au besoin", sans respect de la hiérarchie et des règles façonnées par les organisations, les institutions et les autres groupes "in vivo". Il faudra donc distinguer les réseaux in vivoqui prolongent leurs services en ligne et les réseaux créer ex nihilo en ligne.

En droit, on peut citer [1] par exemple les réseaux d'avocats qui existent déjà depuis longtemps à l'image de GESICA http://www.gesica.org/fr/ créer il y a une trentaine d'année. Depuis plusieurs réseaux se sont constitué : Avocation (reseauavocation@wanadoo.fr) , Juris DEFI (http://www.jurisdefi.com/) , Alter Ego (http://www.alterego-avocats.com/) , Euro Law (http://www.eurolaw.eu/public/index.htm), Avex (http://www.advoselect.de/avex/), ACE (http://www.avocats-conseils.org/) , Juxta (http://www.juxta-avocats.com/), Leyor (http://www.leyor.com/), FNUJA (http://www.fnuja.com/), AFJE (http://www.afje.org/), Monstesquieu (http://www.cercle-montesquieu.fr) , ... Ces réseaux d'hommes, de femmes, de cabinets, nationaux, internationaux, spécialisés sur des thématiques, d'abord fondés sur des réunions en présentiel et la constitution d'annuaires papier... se sont progressivement "armés de TIC" pour proposer leur aussi leurs services "en ligne". D'autres réseaux, plus récents, ont fondé et pensé leurs services avec TIC. On citera notamment l'initiative du "Village de la justice" (http://www.village-justice.com/) un site communautaire créer en 1996 qui multiplie les outils et services d'échanges en ligne, son projet "Le Réseaux du Droit" (http://www.reseaududroit.com/) lancer en 2008 en témoigne.

Aspects thématiques

  • Une première typologie séparera les réseaux à caractère professionnel des réseaux dits généralistes
  • Une seconde typologie peut être opérée avec la distinction : réseaux transversaux et réseaux sectoriels. Selon Place des Réseaux (http://www.placedesreseaux.com/annuaire-des-reseaux.html. Les réseaux transversaux sont des clubs ou groupements rassemblent des entreprises et des professionnels appartenant à des secteurs très divers mais regroupés autour d’un objectif commun : partager les expériences, les bonnes pratiques, développer un territoire, partager les affaires, développer le CA des membres etc. Les réseaux sectoriels sont des Clubs ou groupements rassemblant des professionnels d’un même secteur, ces réseaux vous soutiennent dans le développement de votre activité. Entraide et partage d’expériences, réponses communes à des appels d’offres, sous-traitance, accompagnement au développement… leurs objectifs sont multiples.
  • une troisième typologie peut être réalisé en fonction du contenu principalement partagé : des liens, de références bibliographiques, des CV, des brèves, des articles, ...Une autre façon d'appréhender cette typologie concerne aussi l'objectif principale du réseau : la recherche de personnes, la recherche d'emploi, le recrutement, l'expertise, ...

Ces typologies sont à concevoir comme des heuristiques qui aident à mieux cerner les réseaux, car en réalité un même réseau peut traverser l'ensemble des catégories.

Pourquoi adhérer à un réseau ?.

Élargir son spectre relationnel, échanger avec des pairs, se faire un "carnet d'adresse"... et ce dans le but de bénéficier d'opportunité professionnelles, de trouver des clients et des prestataires et de s'entraider.

"D’après une étude de Martindale-Hubbell, 54 % des avocats seraient inscrits à un site de réseau en ligne, mais moins de 10% estiment que ces sites les aident à travailler de façon plus rentable. 42% d’entre eux reconnaissent toutefois que le fait de pouvoir étendre leur réseau relationnel en ligne est plutôt utile et distinctif. Martindale-Hubbell l’a compris et vient de conclure un accord avec LinkedIn pour permettre aux clients d’avoir une source d’information plus riche sur les avocats, en croisant notamment les informations de l’annuaire martindale.com avec les relations personnelles visibles sur LinkedIn. Cette interactivité relationnelle permet d’éventuelles recommandations et de dynamiser le bouche-à-oreille." [2]

Gestion de la réputation sur le web

L'identité numérique des individus circule sur le web. Par le biais d'annuaires, de messages laisser sur un forum, de citation d'intervention, etc... Adhérer aux réseaux c'est donc exposer son "image numérique", mais c'est aussi la gérer. Il s'agira d'une part de prendre des précautions quant à la dissémination d'information à caractère personnel et d'autre part de gérer l'évolution de son "double numérique" dans le temps. Si les réseaux non-médiatisés par les TIC laissent aussi des traces, l'accès à ces dernières est beaucoup moins aisé [3].

Quelles techniques ?

Liées à l'histoire des réseaux et de l'informatique : exemple de RFC

Ont peut considérer que les premiers réseaux d'échanges en ligne ont finalement commencer avec les prémices d'Internet : les RFC (Request for Comments). Les RFC soulignent la capacité de travailler en réseau, à distance sur un même contenu. L’aspect communautaire (l’ensemble des experts) et interactif (succession de commentaires sur un contenu) préfigure ce que nous dénommons aujourd’hui le web 2.0.[4] Des mails, aux forums , en passant par les listes de discussion, jusqu'au Wiki, ... le spectre des RFC plane encore.

Liées à l'histoire du web : les liens, l'exposition du contenu, le web de données

Dans le célèbre As we may think, Vannevar Bush (Bush, 1945) propose de relier l’ensemble des connaissances entre elles pour naviguer au gré de nos schèmes cognitifs. Le web dans sa première version, dans ses débuts, tel qu’il est conçu au CERN, se cale sur cette vision de l’échange scientifique. Si le web publico-commercial est venu bouleverser ce beau projet, l’apparition de platesformes de partage dédiées renoue avec cette notion du partage professionnel et permet de considérer un continuum Memex – web 2.0.

  • Liens
  • contenu
  • flux de données

Liées à l'histoire des plateforme web : statique, dynamique (CMS), SNS

Nous sommes dans l'ère des e-services in the clouds très diversifiés La métaphore des nuages (clouds) est employée pour désigner l’ensemble des serveurs interconnectés sur le web et l’expression « dans les nuages » indique la délocalisation des données personnelles du disque dur de son ordinateur vers des serveurs distants qui les hébergent. Par l’expression e-services in the clouds nous souhaitons donc mettre en avant et signifier qu’en plus des données dans les nuages des services électroniques (e-services) sont proposés (partage, écriture collective, constitution de groupes, ...).

  • Web statiques
  • Web Dynamaique
  • Social network service (SNS)

Quelle Information ?

  • quelles types de contenu
  • niveau de confidentialité / accès
  • niveau d'expertise
  • langue(s) des échanges

Trouver un réseau

Connaître sa pratique informationnelle quotidienne

  • attention à la surcharge informationnelle
  • appréhender le besoin d'échange, le type d'information souhaité.
  • tenter d'appréhender la fréquence du besoin d'échange
  • nécessité d'une formation ou auto-formation quant aux outils

Typologie des outils

  • Liste de discussion / diffusion
  • Forum
  • Chat
  • Instant messager
  • Sites communautaires et sites d'experts
  • Plateformes de gestion de contenu (Wiki, Blog, ...)
  • Microblogging (twitter, ...)
  • Plateformes de partage
    • généralistes (Facebook, google wave, ...)
    • spécialisées (ResearchGate, SciLink, ...)
    • de "cv" (Linkdin, Viadeo,... )
    • de liens (Delicious, ...)
    • de ref biblio (Zotero, CiteUlike, ...)
  • Mashup
  • P2P

Où Chercher ?

  • Bouche à oreille, cercle d'amis, ...
  • sites communautaires connus
  • moteurs généraliste
  • faire une veille

Utiliser et/ou créer un réseau

Typologie des outils

  • Liste de discussion / diffusion
  • Forum
  • Chat
  • Instant messager
  • Sites communautaires et site d'experts
  • Plateformes de gestion de contenu (Wiki, Blog)
  • Microblogging (twitter, ...)
  • Plateformes de partage
    • généralistes (Facebook, google wave, ...)
    • spécialisées (ResearchGate, SciLink, ...)
    • de "cv" (Linkdin, Viadeo,... )
    • de liens (Delicious, ...)
    • de ref biblio (Zotero, CiteUlike, ...)
  • Mashup
  • P2P

Je crée un réseau

  • quelle type d'info je souhaite échanger
  • choix niveau confidentialité
  • pérennité
  • choix de l'outil


relation avec son community manager (« responsable de communautés ») ou le social media manager (« responsable des médias sociaux »)

En pratique

Pour chaque type d'outil ci-dessous seront observés l'identification du réseaux (cf "Trouver un réseau") et son utilisation (cf "Utiliser et/ou créer un réseau"). Des exemples seront choisis.

Liste de discussion / diffusion

Forum

Chat

Instant messager

Site communautaires et sites d'experts

Plateformes de gestion de contenu (Wiki, Blog et autres CMS)

Microbloging

Plateformes de partage Généraliste

  • facebook
  • google wave
  • ...

Plateformes de partage spécialisées

  • le reseaux du droit
  • ResearchGate,

Plateformes de partage de "cv"

  • Linkdin,
  • Viadeo
  • ...

Plateformes de partage de liens

  • Delicious,
  • Diigo
  • ...

Plateformes de partage de références bibliographiques

  • Zotero
  • CiteUlike
  • ...

Mashup

P2P

Annexes

Liens utiles et références Liens utiles

EXEMPLES CONCRETS DE MISE EN SITUATION PRATIQUE ET DE MANIPULATION (vidéo, capture d'écran de logiciels professionnels...)

  • >>> voir la partie "En pratique"

ACTIVITES ET EXERCICES (2 a minima + corrigés)

QCM (20 questions )

GLOSSAIRE

RUBRIQUE CONSEILS & ASTUCES


Notes

  1. [voir à ce sujet "Le réseau une structure qui a su s'imposer" , Reseaux du droit, le journal du village de la justice]
  2. (source : http://www.village-justice.com/articles/Professions-liberales-reseaux,4243.html )
  3. Marc L*** http://www.le-tigre.net/Marc-L.html, Le Tigre volume 28 (nov.-déc. 2008)
  4. La première RFC http://tools.ietf.org/html/rfc1, et pour l’histoire des RFC http://tools.ietf.org/html/rfc2555 .